la vie, les internets... et trendsboard

@benoitraphael

la vie, les internets... et trendsboard

La mort du Flip

com
Quand le Flip a été lancé  en mai 2007, il était considéré comme l'arme qui allait aider les journalistes papier à faire du web. Dans de nombreuses rédactions, au New York Times  notamment, on a distribué des caméras Flip aux journalistes pour qu'il puissent ramener des images de leurs interviews. Même CNN a fait appel aux caméras Flip (la chaîne d'info les a prêtées à des élus pour qu'ils couvrent leurs premiers jours au congrès américain). Le quotidien Bild les avait également vendues à ses lecteurs, à un prix défiant toute concurrence, et y avait intégré un petit logiciel qui permettait à ses utilisateurs d'envoyer directement leurs vidéos et photos à la rédaction. Enorme succès. Le Flip était une caméra révolutionnaire à l'époque parce qu'elle était extrêmement simple à utiliser. Elle était également légère et offrait une image d'une excellente qualité pour environ 150€. Elle disposait également d'un prise USB et d'un kit de montage intégré. Le Flip était destiné à devenir aussi essentiel que le stylo et le calepin dans la panoplie du journaliste moderne. Le Flip a aussi, et surtout rencontré un énorme succès auprès du grand public : 14% du marché vidéo en 2008... Depuis, les smartphones ont pris le relais. C'est la mort du Flip. Si vous avez décidé d'équiper votre rédaction papier d'une caméra très simple d'utilisation, vous pouvez toujours aller voir les imitateurs du Flip, mais je vous conseille plutôt de leur acheter un iPhone 4 : les journalistes pourront non seulement prendre des photos, enregistrer leur voix, filmer et monter directement sur le téléphone. Mais ils pourront aussi envoyer leurs contenus par mail. De nombreux outils éditoriaux permettent aujourd'hui de transformer un email+photo en titre (objet du mail) + article (corps du mail)+ photo directement dans le système de production. Il peut aussi twitter sa photo ou sa vidéo, évidemment... Très pratique quand un journaliste papier est sur le terrain d'un événément. A lire sur Business Insider : CISCO KILLS THE FLIP CAMERA.
Repost

Commenter cet article

Hervé Leroux 27/06/2012

Oui et non ! Je suis ok avec cette analyse si orientée uniqement B2B. Je suis possesseur des 2 (Flip et IPhone4).
Je rejoins le commentaire de Remy sur l'aspect financier, il faut comparer ce qui est comparable. Un IPhone sans subvention opérateur c'est nettement plus cher.
Question manipulation, rien à voir. Le bouton central permet aisément une pause, une reprise. Assez facile de filmer en l'air au-dessus des épaules du petit camarade juste devant.
A titre perso, je laisse le Flip dans les mains des enfants (le résultat est assez surprenant, la vision du monde en est différente), sans problème alors que mon IPhone, c'est sous contrôle.
Qui a essayé de zoomer avec un IPhone ? Moi je n'ai pas réussi!
Enfin question praticité, la connexion USB est quand même appréciable, pas besoin de sa balader en permanence avec le câble.
Mort le Flip ??? Pas certain, il y a un vrai marché pour les séniors à titre privé.

R. Hespel 27/06/2012

Je ne remets pas en cause la possible nécessité pour un journaliste d'avoir un iPhone4 (ou un smartphone Android, ne soyons pas sectaire) mais je ne suis pas sûr qu'il s'agisse du même budget pour une rédaction. Je ne pense même pas qu'on puisse parler d'investissement à long terme puisqu'avec la multiplication des usages, et le journalisme comportant son lot de situation extrême, je ne parierais pas sur la longue durée de vie des smartphones ainsi utilisés.

Pierre Ristic 27/06/2012

Comme si il suffisait de s'acquitter de 150€ pour une écriture multi-media et/ou multi support.
Réduire le travail journalistique à l'outil seul est la première pierre dans la construction de l'édifice de l'incomprehension de leur travail.

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog