la vie, les internets... et trendsboard

@benoitraphael

la vie, les internets... et trendsboard

Après le "Tous sur Twitter", le "Tous sauf Twitter" ?

com
Il fallait s'y attendre. La gloire médiatique est un balancier. Gloire puis gloriole. Ou l'inverse. Après avoir été encensé par les médias dans l'emballement du "printemps des réseaux sociaux" : révolutions arabes, mort de Ben Laden et arrestation de DSK, Twitter est désormais la cible d'une contre-attaque médiatique. Et comme "médiatique" rime rarement avec "finesse", voici un florilège de cette nouvelle vague des "Tous sauf Twitter" : 1) Twitter = "sensationnalisme erroné" (Canal+) : Pendant l'affaire DSK, Twitter est devenu une plateforme incontournable pour les journalistes, le réseau social étant le seul outil capable de rendre compte en temps réel ce qui se disait dans la salle d'audience. Malgré cela, pour Canal +, utiliser Twitter, ce n'est pas faire du journalisme. La chaîne cryptée a "interdit" à sa correspondante Laurence Haïm de tweetter depuis le tribunal, rapporte David Medioni sur son blog. A la place, on lui a préféré le bon vieux SMS. La journaliste informait donc sa rédaction en chef par sms... Explication de Rodolphe Belmer, le patron de la chaîne chez Emmanuel Berretta du Point : Twitter c'est du sensationnalisme :
"Les grands médias ont tout intérêt à assurer les règles de contrôle de l'information. Une chaîne comme Canal+ ou I>télé doit pouvoir maîtriser sa ligne éditoriale et non reprendre à son compte des tweets sensationnalistes quand ils ne sont pas erronés".
Sauf erreur de ma part, les tweets repris à l'antenne par les concurrents de Canal+ (LCI et BFM TV en tête) étaient les tweets des journalistes de CNN ou de France Info... bref, des sources identifiées. Soit Rodolphe Belmer est hypocrite, soit il ne comprend pas bien ce qu'est Twitter. "Les grands médias ont tout intérêt à assurer les règles de contrôle de l'information" ? Chiche. Faire son travail de journaliste c'est identifier ses sources sur Twitter, pas les ignorer. Un journaliste qui ne sait pas exploiter les réseaux sociaux ne fait pas son travail correctement. Ignorer que l'annonce de la mort de Ben Laden a été publiée d'abord par une source identifiable sur Twitter et se contenter d'attendre l'annonce officielle pour commencer à travailler, ce n'est plus acceptable pour un média en temps réel. Encore une fois, Twitter n'est pas l'AFP, mais un outil. Twitter n'est pas sensationnaliste, ni "erroné", on pourrait le dire d'un média. Twitter est réactif. Aux journalistes d'y appliquer leurs règles. 2) Twitter c'est une marque donc en parler c'est lui faire de la pub (CSA) : La décision du Conseil supérieur de l'audiovisuel a fait couler beaucoup de pixels sur la toile cette semaine. Les chaînes d'info et de radio ne pourront plus renvoyer leurs téléspectateurs et auditeurs vers leurs pages Facebook ou Twitter, estime le CSA. Elles devront désormais dire : allez voir notre page sur "les réseaux sociaux", ce qui ne veut rien dire. Mardi, Christine Kelly, conseillère au CSA, est même allée plus loin. Elle a déclaré à l'AFP : "On peut dire: 'le ministre X qui s'est exprimé sur les réseaux sociaux'". Pas sur Twitter ! Absurde. Sur Slate, Vincent Glad nuance : "On ne peut pas tout à fait esquiver l'alerte donnée par le CSA: il n'est pas très sain que deux entreprises privées gèrent un annuaire mondial électronique (Facebook) et la nouvelle particule élémentaire de l'information (Twitter)." Mise à jour 08/06 : Sur le Figaro, le CSA a nuancé à nouveau ses propos : "Lors de la citation à l'antenne de messages mentionnant Twitter, on n'est plus dans de la publicité, mais dans une mission d'information. Dans ce cadre-là, on regardera évidemment les choses avec plus de distance". Il faudrait, ajoute-t-il, que les deux champions du média social perdent leurs majuscules pour entrer dans la famille des noms communs aux côtés de la poste, du scotch et du frigo. 10% de la population mondiale est membre de Facebook. Ça vaut bien une entrée dans le Robert, non ? 3) Twitter, nid à rumeurs : Ce n'est pas complètement faux, Twitter est un bistrot géant boosté à la viralité, où les internautes s'échangent librement des commentaires et des informations. Il y a donc autant de rumeurs qu'au café du commerce. Lundi, on a appris que Twitter avait été forcé à révéler l'identité d'un utilisateur de Twitter aux autorités britanniques. Un conseiller régional était accusé d'avoir diffusé anonymement sur Twitter des informations diffamatoires sur des collègues. A vérifier. L'affaire est résumée par Emmanuel Tellier de Télérama :
"Sous pseudo, ce monsieur – un certain Ahmed Khan – aurait propagé, via Twitter, un certain nombre d’allégations contre les membres du conseil régional au sein duquel il officie lui-même (dans le nord est de l’Angleterre, non loin de Newcastle). Ces représentants élus ont porté plainte, directement en Californie, et un juge a ordonné à Twitter de « donner » le corbeau qui gazouillait sur Twitter. Une fois l'enquête technique terminée, le juge a transmis le nom aux plaignants, et le « twittos » masqué fait aujourd’hui grise mine, tout en niant les faits. C’est une première, et évidemment, un cas amené à faire jurisprudence... Notamment dans « l'affaire Ryan Giggs », ce footballeur de Manchester United dont l'infidélité a été révélée sur Twitter, là aussi anonymement."
Là encore, accuser Twitter est facile. Evidemment, il serait anormal de nier le droit à un citoyen ou à une personne morale de poursuivre un utilisateur de Twitter pour avoir publié des informations diffamatoires ou portant atteinte à sa vie privée. Même en 140 signes, l'estoc peut être fatal... Twitter est référencé sur Google, donc même si vous n'êtes pas abonné à l'auteur du tweet infamant, en tapant votre nom dans Google vous risquez de tomber sur de fausses informations vous concernant. Il y a donc bien un "dommage", au sens juridique du terme, qui appelle "réparation". De la même manière, quand vous hébergez des blogs, vous êtes susceptible de tomber sous le coup d'un mandat vous réclamant l'adresse IP d'un blogueur tombant sous le coup d'une plainte. Twitter n'est rien d'autre qu'une plateforme de micro-blogs, et donc soumise aux lois sur la liberté d'expression. Problème : quid des re-tweets ? C'est à dire des tweets des internautes qui se contentent de partager un tweet diffamatoire ? Sachant que, vu sa petite taille, un tweet peut être retweeté des milliers de fois, vous imaginez la panique... En même temps, la spécificité de Twitter pourrait être une bonne affaire pour les avocats des peoples, dont la traque aux atteintes à la vie privée de leurs clients sur Internet est devenu un vrai business. Au risque de pousser les hébergeurs et les internautes à s'auto-censurer à outrance. Mais le vrai risque est ailleurs : que Twitter réagisse aux injonctions de la justice d'un Etat de droit, soit. Mais comment réagira Twitter lorsque la demande d'identification proviendra d'une dictature comme la Lybie ? Jusque là, c'est un tribunal américain qui a répondu à une demande des autorités britanniques, Twitter n'a pas été saisi directement. Mais demain ? Twitter est de plus en plus exposé, de plus en plus populaire, donc de plus en plus attaqué. Twitter est un business, il devra protéger ses intérêts. Et quand un business devient une place publique incontournable pour les citoyens, il y a danger de conflit d'intérêt. Dans les démocraties, la liberté doit s'inscrire dans le cadre de la loi, c'est normal. Mais il y a deux poids deux mesures. Car enfin, à force de méconnaître les réseaux sociaux et de les accuser de tous les maux, on en oublie parfois de voir la réalité : la rumeur n'est pas née sur Internet, la malveillance non plus, ni le mauvais journalisme. En attaquant systématiquement le couteau on en oublie l'assassin. Et plutôt que d'entendre nos gouvernants prôner la nécessité de "réguler Internet", voire de le "moraliser", je préfèrerais qu'ils insistent d'abord sur cette autre nécessité, impérieuse celle là : protéger Internet. C'est aussi par les réseaux sociaux que tombent aujourd'hui les dictatures, c'est par eux que des voix continuent de s'exprimer et de dénoncer quand les autres médias ont été muselés. Internet fait peur. Mais il souffle aussi un formidable vent de liberté, de transparence et de progrès. C'est aussi le devoir des journalistes : avant de dénoncer Internet, ils doivent accompagner l'information sur Internet. Mais pour accompagner, il faut comprendre.
Repost

Commenter cet article

Veille de la semaine du 30/05 | Chasseuse de tendances 27/06/2012

[...] le “Tous sur Twitter”, le “Tous sauf Twitter” ? « La Social Newsroom http://t.co/f9nnr7G via [...]

Affaire DSK : une journée sans CSA ou sans Twitter ? « La Social Newsroom 27/06/2012

[...] - Après le “Tous sur Twitter”, le “Tout sauf Twitter ?” [...]

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog