Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouveau "Google +1" : la guerre des boutons est relancée

Par Marc Botte, journaliste. L'an dernier, Facebook a lancé son bouton "like", permettant de recommander à ses amis Facebook des pages Web, qui très vite a peuplé une grande partie du Web. A suivi le "tweet" button, permettant de "tweeter" des contenus. Sans oublier le bouton "Google Buzz", installé pour la forme sur les sites Web, et censé faire concurrence au bouton "Like" de Facebook. Ces derniers jours, une nouvelle génération de ces "boutons" est née : le bouton "envoyer" de Facebook, ringardisant d'un coup la vieille option "envoyer par email" présente à la fin de bien des articles. Twitter a également lancé avant-hier un autre de ses "boutons", le "follow button", permettant, en un clic, de suivre sur Twitter l'auteur d'un article (très pratique pour suivre sur Twitter celui qui a écrit un texte que l'on a apprécié, et du même coup, s'abonner à ses infos sans s'abonner à tout son média. Personnal branding quand tu nous tiens). Et mercredi, Google y est allé de son petit dernier : le bouton "+1". Google, dont le le boss Eric Schmidt a admis mercredi avoir "merdé" la stratégie sociale de l'entreprise (Google Buzz, Google Wave, Google Lively, Okrut, on ne vous oublie pas) compte ici rattraper son retard dans la recommandation sociale. En cliquant sur le bouton "+1" d'une page Web, vous recommandez cette page, qui remontera dans les résultats du moteur de vos contacts Google (via votre compte Google, Gmail, etc.). Une touche de recommandation "humaine" est ainsi ajoutée au redoutable algorithme du moteur de recherche (Analyse complète sur le sujet - en anglais - sur Read Write Web). Mais le Web est-t-il assez grand pour tous ces boutons ? Ne vont-ils pas surcharger les fins de page Web ? Sur Twitter, Danny Sullivan, Editor chez SeachEngineLand.com faisait de l'humour : "Pauvre vieux Google Buzz. Je suis sûr qu'il perd tous ses boutons, et se fait remplacer par les boutons "+1"" Et un petit dernier a fait son apparition, dans l'indifférence quasi générale (il est seulement annoncé, et fera son apparition au cours du mois). Celui-là pourrait très bien toucher de façon plus pertinente bien des internautes : le bouton LinkedIn, le réseau social spécialiste de la vie professionnelle. Son "bouton embauchez-moi" (je suis le seul à l'appeler comme ça, mais c'est bien ça l'idée) devrait peupler toutes les pages Web d'offres d'emploi pour, en un clic, candidater, via son profil LinkedIn, à un emploi. De quoi mettre un bon coup à Viadeo, l'un de ses grands concurrents. La guerre des boutons a donc bien lieu.
Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

Benoît Raphaël

Benoît Raphaël est expert en innovation digitale et média, blogueur et entrepreneur. Il est à l'origine de nombreux médias à succès sur Internet : Le Post.fr (groupe Le Monde), Le Plus de l'Obs, Le Lab d'Europe 1. Benoît est également co-fondateur de Trendsboard et d'Imprudence.
Voir le profil de Benoît Raphaël sur le portail Overblog

Commenter cet article