Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PRESSE ECRITE. Le Wall Street Journal devient (aussi) une télévision

Le quotidien économique américain a annoncé mardi une augmentation de ses programmes vidéo en direct sur Internet : plus de 3h30 de programmes live par jour. Ce qui en fait de facto une télévision. Accessible désormais sur tablettes et sur les télés connectées. La raison principale pour laquelle le Wall Street Journal investit aussi massivement dans la vidéo, c'est que "ça rapporte de l'argent". Le marché de la pub vidéo a explosé, constate le New York Times. Une constatation confirmée la semaine dernière par Pierre Chappaz, dont la société, eBuzzing, monétise les publicités vidéo sur les médias sociaux. Et que ne contesteront pas notamment TF1 et Canal+ qui ont depuis quelques mois déployé un véritable arsenal de vidéos sur leurs sites. La différence, c'est que le Wall Street Journal est un quotidien papier. Lorsque j'avais visité leurs locaux l'an passé, j'avais été impressionné par l'installation des studios en plein coeur de la rédaction papier. Les rendez-vous en direct étaient filmés avec la salle de rédaction en arrière plan, et faisait intervenir les grandes signatures du quotidien. Pour les lecteurs et les utilisateurs, c'est "comme voir nos reporters en direct. Ils aiment pouvoir les accompagner sur le terrain et voir les choses que nos journalistes peuvent voir. Les technologies nous permettent de faire ça aujourd'hui", raconte Alan Murray du WSJ. Certains jours, et selon l'actualité, la diffusion peut passer à 5 heures de direct. Il est coutume de dire que la vidéo "maison" coûte cher et génère peu de trafic. Que c'est l'affaire des professionnels de la télévision. Mais les programmes du WSJ sont très professionnels, même s'ils utilisent volontairement des codes différents de ceux de la télévision broadcast, et mettent en avant la qualité du journalisme. Avec les technologies actuelles, on peut faire baisser considérablement les coûts : caméras automatiques, régies simplifiées (une radio française récemment mise à la vidéo online a payé sa régie de direct 200K€)... Et la demande publicitaire augmente. Comme le trafic, surtout si la distribution est bien organisée. L'avenir devrait leur donner raison. Demain, deux écrans domineront les expériences connectées : l'écran haute définition du salon et la tablette, individuelle. Adieu le PC... L'univers de la vidéo a de beaux jours devant lui, et les médias papier, frileux jusqu'ici, devraient se mettre à investir. Ils pourraient bien venir concurrencer les chaînes traditionnelles de télévision, aujourd'hui en perte de vitesse. Le WSJ vient de lancer une application iPad, WSJ Live, et propose ses vidéos à la demande sur un certain nombre de télévisions connectées. C'est d'ailleurs les programmes à la demande (rediffusions de vidéo) qui constitue l'essentiel du trafic vidéo du quotidien.  L'audience des vidéos est de 7 millions de vues par mois.
Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

Benoît Raphaël

Benoît Raphaël est expert en innovation digitale et média, blogueur et entrepreneur. Il est à l'origine de nombreux médias à succès sur Internet : Le Post.fr (groupe Le Monde), Le Plus de l'Obs, Le Lab d'Europe 1. Benoît est également co-fondateur de Trendsboard et d'Imprudence.
Voir le profil de Benoît Raphaël sur le portail Overblog

Commenter cet article