la vie, les internets... et trendsboard

@benoitraphael

la vie, les internets... et trendsboard

9 leçons d'innovation. Quelles sont les vôtres ?

com

A lire sur le blog de Greg Satell, "5 principes d'innovation". L'exercice est classique mais toujours efficace pour remettre de l'ordre dans ses idées et ouvrir des conversations. J'en ai rajouté 4.

 

1- Pensez petit. Quand on se lance dans un projet web, on a parfois tendance à vouloir créer le "nouveau Facebook" ou être le "nouveau Steve Jobs". Bref, on pense "grand", alors que la plupart des grands innovateurs (mais Steve Jobs était-il seulement un innovateur?) ont d'abord pensé petit. Une idée, peu de moyens, un lancement rapide. Puis un développement en spirale ou en godille...

L'avantage avec cette approche, au delà du fait qu'elle évite d'avoir la grosse tête avant même d'avoir le corps pour la supporter, est qu'elle permet de se tromper et de corriger vite. Internet est un univers terrible pour l'innovation : tout va beaucoup plus vite, et il est facile de se faire rattraper avant même d'avoir pu faire un mouvement.

2- Les vraies innovations disruptives ne "marchent pas très bien" Greg Satell donne plusieurs exemples de "crappy innovations", des produits innovants qui sont rapidement devenus des standards en  étant d'abord des produits "qui ne marchaient pas très bien", mais étaient différents. Les lecteurs MP3, les caméras numériques, étaient, à leurs débuts, des "crappy innovations", tout comme Dell qui proposait au début des ordinateurs de médiocre qualité mais avec un prix très bas et un excellent service.

Apple n'entre pas dans le lot mais, toujours selon Satell, Apple n'est pas un innovateur disruptif : il ne tue la compétition en lançant des produits disruptifs sortis de nulle part, il surclasse la compétition.

Les "crappy innovations" ne sont d'ailleurs pas toujours des succès. Le marché est chaotique, et certains innovateurs parviennent à sortir du lot. Mais bien souvent, les innovations sont portées par de petites structures indépendantes, elles "ne marchent pas très bien", mais ouvrent des portes. Et il arrive que ce sont les grosses entreprises qui en bénéficient en les copiant et en les adaptant au marché. L'univers du jeu-vidéo est rempli d'exemples de ce type.

3- Innover c'est combiner. Les grandes idées viennent de la capacité de synthétiser d'autres idées dans différents domaines. C'est ce que professait Nietzsche, et ce qu'Apple a très bien su faire.

4- Innover, c'est persévérer C'est le prolongement du dernier point : le problème avec les combinations, explique Satell, c'est que trouver la bonne prend parfois du temps. C'est la méthode Google. Parfois, il faut du temps et des années de plantage avant de trouver le succès. Jeff Bezos, patron d'Amazon, a cette formule : "Nous sommes têtus sur la vision, mais flexibles sur les détails".

4 bis - Innover c'est aussi savoir abandonner. Persévérer ne suffit pas cependant, il y a ce que j'appelle le syndrome de l'omelette : au bout d'un moment, vous avez tellement ajouté d'ingrédients que l'omelette devient indigeste et irrécupérable. Il faut avoir le courage (et souvent les moyens, cf Google) pour jeter sa recette et recommencer.

5- Innover c'est être terre à terre Pour Greg Satell, avoir de bonnes idées c'est bien, mais il faut rester réaliste car l'objectif est aussi de faire tourner da boîte et de payer ses salariés à la fin du mois. Satell propose donc sa propre règle des 70/20/10  de l'innovation. Dans 70% des cas, vous voulez prendre l'argent de vos compétiteurs. Dans 20% des cas, celui de quelqu'un d'autre (généralement vos consommateurs ou vos fournisseurs). Dans 10% des cas vous voulez faire quelque chose de cool et de nouveau. Dans tous ces cas, explique-t-il, ce sont souvent des idées les plus terre à terre qu'émergent les innovations les plus gagnantes.

6 - Innover c'est copier et rendre compatible avec le marché C'est un point que je rajoute à la liste de Satell, et que j'ai développé ici.

"Avoir une bonne idée ne suffit pas. L’innovation n’a rien à voir avec l’idée originale. L’innovation est un process, souvent itératif, qui consiste à mettre en oeuvre, faire des choix, tester, lancer sur le marché, se tromper (...) Il n’y a pas de limites aux sources d’inspiration. Même s’inspirer des idées des autres. C’est toute la force d’Internet aujourd’hui : favoriser la copie pour dynamiser le processus d’évolution en supprimant la phase R&D (recherche et développement) : la R&D c’est le marché."

7- Innover c'est avoir la capacité d'enchanter. C'est un terme que je reprend au livre de l'ancien "évangéliste" d'Apple, Guy Kawazaki : "Enchantment". Créer un nouveau et un bon produit ne suffit pas, il faut y rajouter un peu de magie. Parfois la magie vient sans prévenir, mais il faut aussi lui donner la capacité d'enchanter les autres. Plus grands sont vos objectifs, plus vous aurez à changer les coeurs et les esprits des gens. Voici quelques règles : Il faut d'abord que les gens vous aiment, que les gens croient en vous. Il faut savoir rallier les gens à votre cause, à votre vision, recruter des premiers fidèles qui passeront le message.

La résistance au changement est forte : il faut savoir enchanter et mettre d'accord les influenceurs, leur faire essayer le produit, utiliser les réseaux sociaux... Il faut évidemment que le produit soit bon, facile à expliquer, et que l'on aura sur mettre sur le marché avant les concurrents. Il faut aussi savor enchanter ses employés : leur donner la chance de se développer et de réaliser quelque chose de positif. Il faut enfin savoir résister à l'enchantement facile, regarder loin dans l'avenir et se trouver un avocat du diable.

8 - Innover, c'est trouver le "Tipping Point" Un point développé par Malcom Gladwell dans son best-seller éponyme ("The Tipping Point", le "point de bascule"). Le succès fulgurant d'une innovation, est la combinaison de trois facteurs : 1 bonne idée, le bon moment et le bon environnement, et les bonnes personnes (que Gladwell appelle les "connecteurs", capables de disséminer l'idée plus rapidement).

9- Innover, c'est tomber amoureux d'une idée et la creuser. Une notion empruntée cette fois au cinéaste David Lynch (dans un magnifique ouvrage sur la créativité : "Catching the big fish") : prendre du recul, étendre sa conscience, pour pouvoir aller dans des eaux plus profondes, "c'est là que l'on peut pêcher les plus gros poissons". On est loin du business, mais c'est parfois de là que démarrent les plus beaux business : un esprit positif, une grande ouverture d'esprit, et de la persévérance.

Et vous, quelles sont vos leçons d'innovation ?

9 leçons d'innovation. Quelles sont les vôtres ?
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog