Benoît Raphaël

Le journal télévisé selon Squeezie

Cette vidéo est un peu un ovni. Mais elle a fait 3,7M de vues donc elle dit déjà quelque chose. Elle est plutôt légère pour un JT, mais ce n'est pas son contenu qui m'a interpellé. C'est son mode de fabrication.

Par sa sincérité et sa poésie, elle nous raconte quelque chose sur l'info, à l'heure de la post vérité et de la chute de confiance dans les médias.

Dans ce nouveau format publié le 10 février et passé inaperçu, Squeezie, le youtubeur aux 12M d'abonnés, sort de sa zone de confort et réinvente à sa façon le journal télévisé.

Je ne pose pas cette vidéo en exemple, mais je vous invite à vous concentrer particulièrement sur le format, et sur la conversation qui suit entre le youtubeur et sa communauté.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Squeezie est devenu une star de Youtube en racontant des trucs rigolos tout en jouant à des jeux vidéo.

Il aurait pu rejoindre une chaîne de télé en guise de consécration, ou juste continuer à jouer à des jeux vidéo devant ses millions de fans. La vidéo de jeu est d'ailleurs le seul format qui fait trembler Netflix, qui a déjà gagné la bataille de la télé .

Au lieu de ça, Squeezie a tenté quelque chose de complètement casse-gueule : jouer au journaliste. L'idée lui est venue à la suite d'une vidéo dans laquelle il passe en revue une série d'articles sur les youtubeurs qui, selon lui, ne reflètent pas sa réalité. Alors il a décidé de créer sa propre émission d'info.

Son "journal télé" s'appelle "Y a quoi ?" Il est hyper brouillon et en même temps très audacieux.

Journalistiquement parlant, le contenu est encore faible. Mais techniquement, le youtubeur tente pas mal de choses. Il abuse des trucages mais commente dans le même temps ses propres excès. 

En fait, "Y a quoi ?" est un JT qui parle autant de son mode opératoire que des sujets qu'il traite. Et c'est super intéressant.

Ce côté brouillon, Squeetie l'assume lui même dans les commentaires :

"Tout d'abord sachez que je comprends votre étonnement : le montage est très différent de ce à quoi je vous ai habitué, et le concept de news aussi. Vous l'aurez remarqué j'essaie en ce moment de sortir de ma zone de confort, ce qui implique de se foirer sur pas mal de trucs et de paraître "différent", j'en suis désolé."

Et si c'était ça être un média aujourd'hui ? Ne pas se contenter d'être bon, mais être avant tout transparent, dire comment on fait, ouvrir le dialogue sur le montage, sur la forme, sur les choix, sur le ton. C'est par exemple ce que tente de faire cette journaliste de "Complément d'enquête" dans ce reportage. Elle dévoile les coulisses d'une vidéo diffusée sur Internet qui a fait le tour des réseaux, mais aussi celles de son propre reportage. 

Le magazine a mené l’enquête sur les dessous de cette vidéo choc, et a décidé de montrer aussi les coulisses de son propre reportage : tournage, montage, interviews, conférences de rédaction… "Complément d'enquête" sur l’envers du travail de journaliste.

Informer à l'heure des fake news, c'est assumer l'idée qu'un journaliste ne peut plus se contenter d'informer. Comme un prof ne peut plus se contenter de transmettre un savoir, c'est à dire en gros suivre le programme scolaire. Alors que ce savoir se percute à des millions d'autres sur Internet, qui sont parfois mieux enseignés, qui semblent parfois plus utiles, qui sont aussi de temps à autre complètement faux.

L'instit doit apprendre aux enfants à apprendre. Le journaliste doit nous apprendre à nous informer.

Le JT de Squeezie ressemble à un reboot. Il manque d'info bien sûr, il manque de journalisme. Mais il est rempli de sincérité et d'idées. Surtout, il invite au dialogue.

Sans surprise, les commentaires sous sa vidéo sont moins chaotiques que d'habitude. Ils sont surtout bienveillants et constructifs. Comme celui-ci, un parmi beaucoup d'autres, qui témoigne autant d'une vraie envie d'info que d'un besoin de la construire ensemble  :

"Le concept est intéressant. Cependant, l'ajout abusif d'effets donne l'impression que tu essaye de combler les moments "vide" par de l'amusement qui dans cette vidéo est maladroite. J'aurais bien voulu en savoir plus sur les faits montrés, surtout le premier où tu as rapporté un fait grave avec douceur permettant à toute personne de comprendre la gravité des faits. Avec un équilibre du nombre d'effets et du contenu, la vidéo aurait été marrante, agréable et informative en même temps(je me suis toujours amusée, mais moins que d'habitude je dirais). Je suis curieuse de voir la suite."

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :