Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mieux que World War Z : les taxis contre les voitures avec chauffeur !

Le gouvernement semble avoir trouvé une nouvelle façon de relancer l'économie : tuer dans l'oeuf des initiatives innovantes et céder devant des lobbies d'outre-tombe. C'est un peu facile à dire, je sais, mais quand je découvre cette info du Figaro et des Echos, je suis un peu inquiet.

Vous connaissez peut-être les VTC, les véchicules de tourisme avec chauffeur. Lancée en France il y a deux ans par une start-up américaine, Uber, cette nouvelle activité s'est rapidement développée à Paris, Lyon et Marseille. Depuis, de nombreux acteurs français se sont lancés dans la course et ont déjà créé plusieurs centaines d'emplois : SnapCar, Club Chauffeur, Chauffeur Privé etc. Le principe : une alternative moderne aux taxis. Vous téléchargez une application sur votre smartphone et vous pouvez commander en un clic une voiture avec chauffeur pour vous déplacer dans Paris.

Les avantages : c'est discret, il n'y a pas de pourboire, vous n'avez pas d'argent liquide à sortir (la course est prélevée automatiquement sur votre carte bleue), vous gardez une trace de tous vos parcours et de l'identité du chauffeur, vous ne payez pas le trajet d'approche, les chauffeurs sont plutôt cool et ne vous infligent pas leurs opinions d'extrême droite, vous pouvez demander un chauffeur pour faire 500m si vous voulez, et ils sont toujours dispos à 3h du matin quand vous sortez d'une soirée et qu'il pleut...

C'est un peu plus cher qu'un taxi, parfois même carrément plus cher, mais certaines compagnies (comme Uber avec sa formule UberX et Club Chauffeur) proposent des tarifs quasi équivalents à ceux d'un taxi (j'ai même fait un Paris XIVe / Roissy pour 50€ avec Club Chauffeur contre 70€ avec un taxi et 90€ avec Uber classique).

Mieux que World War Z : les taxis contre les voitures avec chauffeur !

Le problème ? Aucun pour le consommateur. Il a le choix, il est sécurisé, il commande depuis son smartphone... Le problème, ce sont les taxis. Les VTC constituent, pour eux, une "concurrence déloyale", c'est à dire... une concurrence. Il est vrai qu'ils paient 230K€ pour avoir leur plaque. A ce tarif là ils bénéficient du droit d'être interpellés dans la rue, ce qui n'est pas le cas des chauffeurs.

Mais plutôt que de demander des assouplissements pour leur profession et se lancer dans la compétition pour améliorer leur produit, ils ont préféré faire pression pour faire disparaître cette insupportable amélioration du quotidien des Parisiens.

Désormais, les VTC devront s'imposer un délai de 15mn pour passer prendre un client. La mesure devrait être incluse dans le prochain projet de loi sur la consommation. C'est à dire : si le chauffeur est à 100m de vous, il devra se garer, attendre 15mn, et venir vous chercher. Suffisant pour craquer et chercher un taxi dans la rue. Et dans ce cas (si vous avez la chance d'en trouver un) : prendre le risque de se faire engueuler si votre destination n'est pas assez éloignée (il m'est arrivé de me faire refuser une course pour 1km), vous retrouver dans une situation de blocage parce que vous avez un billet de 50€ et que le taxi ne veut pas vous rendre la monnaie sur 20€ (j'ai eu le même problème avec un billet de 20€ pour une course de 11€...), s'entendre dire "payer en carte bleue, vous plaisantez ?" etc etc.

Donc, résumons : un service innovant sur mobile répond à un vrai besoin des Parisiens se voit freiné dans son essor par une mesure qui bloque artificiellement l'effort de réactivité de ces entreprises.

Alors que l'on sait que le digital est responsable de plus de 25% des créations d'emploi ces 15 dernières années, et qu'il aurait pu en créer beaucoup plus si la filière avait été un peu plus soutenue, le gouvernement préfère bloquer de telles initiatives pour éviter d'affronter un lobby industriel dont le modèle de service est dépassé.

C'est World War Z. Les zombies contre-attaquent.

Mieux que World War Z : les taxis contre les voitures avec chauffeur !

Et face à la déferlante zombie, le courage politique : plutôt que d'investir dans la seule économie en véritable croissance en France, le politique préserve les lobbies et sa moins que probable chance d'être réélu.

Il ne préserve pas d'emploi : le nombre de taxis n'augmentera pas. Cela va contre la préservation des privilèges de la profession. Intouchables, les taxis continueront de dégrader la qualité du service. Les Parisiens auront toujours besoin d'une nouvelle offre. Les entreprises qui tenteront d'y répondre ne pourront pas le faire dans de bonnes conditions.

Mais le politique nous dira (comme dans World War Z) : soyez optimistes ! La crise est derrière nous !

Quand on sait que les principales interventions politiques concernant le numérique ont servi à : dire que Google c'est mal, punir les jeunes qui téléchargent illégalement des séries TV parce qu'il est impossible de trouver une série récente en offre légale, empêcher Dailymotion de trouver les bons investisseurs pour attaquer le marché américain, on commence à comprendre les entrepreneurs qui se disent que l'herbe est peut-être plus verte ailleurs. Et laisser les morts-vivants prendre le contrôle d'un pays qui ne manque pourtant ni d'idées ni de gens de talent.

Mieux que World War Z : les taxis contre les voitures avec chauffeur !
Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

Benoît Raphaël

Benoît Raphaël est expert en innovation digitale et média, blogueur et entrepreneur. Il est à l'origine de nombreux médias à succès sur Internet : Le Post.fr (groupe Le Monde), Le Plus de l'Obs, Le Lab d'Europe 1. Benoît est également co-fondateur de Trendsboard et d'Imprudence.
Voir le profil de Benoît Raphaël sur le portail Overblog

Commenter cet article