Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Trop vieux pour le digital?

Je rebondis sur ce très bon billet d'Isabelle B. sur son blog ("Mon avis t'intéresse"). J'ai beaucoup aimé. Parce qu'il m'a fait rire. Mais aussi parce qu'il est très juste. Voici l'histoire : Isabelle répond à mon annonce postée jeudi soir. Je disais (je dis toujours d'ailleurs) rechercher une rédactrice ou un rédacteur pour la "Social Newsroom". Je précisais aussi que, pour cette collaboration, je souhaitais une ou un "mobile native", c'est à dire un blogueur de la génération mobile. En gros, quelqu'un qui ne me comprend pas quand je lui dit qu'il y a eu un monde où les gens n'avaient de téléphone portable. En résumé : un jeune entre 20 et 30 ans. Si possible entre 22 et 25 ans. Précis... Du coup, mais je m'y attendais, les critiques ont fusé comme un joli feu d'artifice. Le plus joli, celui d'Isabelle, que je cite :
"Quelle déception ! Une cougar virtuelle à la plume dépassée, chevauchant un déambulateur, dont les heures de gloire sur le net remonte aux années 90, n'a aucune chance avec ce type d'annonce...parce que l'immobile accoucheuse du web 2.0 est déjà aux portes du cimetière virtuel...Tragédie...Nous les quadras, ou même quinquas de France, nous avons participé à la naissance du web, au développement des réseaux sociaux, des sites perso, des premières boutiques en ligne mais seulement pour que des boutonneux en culottes courtes qui ne savent pas aligner deux phrases qui se suivent sans écrire un MDR, un LOL, ou farcir leur littérature de smiley en tous genre puissent répondre à ces annonces ?!"
Imparable. Isabelle n'a pas tort. Enfin, si, dans ce cas précis, elle a tort, et je vais m'expliquer. Mais sur le fond elle a raison. J'insiste : je recherche un blogueur "mobile native". Ce n'est pas parce que je considère que les plus de 28 ans ne comprennent rien aux mutations du moment. C'est une sensibilité que je recherche. Pas un journaliste, pour le coup. D"ailleurs, ce n'est pas un job à proprement parler, mais une collaboration sur un blog, rémunérée, mais pas salariée. Je n'en n'ai pas les moyens, et la Social Newsroom n'a pas vocation à être un média d'information au sens traditionnel du terme. C'est un blog d'analyse, de conversation et de veille. Je recherche donc une sensibilité particulière, parce que j'ai besoin d'un regard particulier. J'aurais pu dire : je recherche un blogueur d'origine japonaise qui puisse faire un veille avec un regard imprégné de culture japonaise. J'aurais pu dire : je recherche un retraité geek qui me propose une veille technologique depuis le petit bout de sa lorgnette de géronto-technophile. Je ne cherche pas un journaliste, je cherche un regard. D'où ma demande. Après, il y a ce débat, qui galope un peu partout en ce moment dans les salles de rédaction et de conférence : qui pour monter ou participer à vos projets digitaux ? Qui embaucher à la tête des médias ? La réponse est généralement la même (même si elle n'est pas forcément appliquée...) : embauchez des "digital natives". Mieux : oubliez les digital native (déjà quadragénéraires), allez cherchez le "mobile native" ! Et demain (ils sont encore au collège aujourd'hui) : vive les "Facebook native" ! Et là, Isabelle, vous avez raison. L'âge n'a rien à voir. Enfin, pas seulement. Cela fait pas mal de temps que je monte des projets, éditoriaux ou technologiques. Aujourd'hui je compte, parmi les 4 fondateurs de ma "jeune" start-up, l'un des personnages les plus "digital oriented" que je connaisse. Il s'appelle Francis Pisani, et il a l'âge de mon père. 68 ans. Francis a un passé de journaliste traditionnel tout à fait incroyable. Il a vécu plusieurs guerres et plusieurs révolutions, a trainé ses godasses de reporter dans tous coins du monde. Il est d'ailleurs toujours en voyage. Je ne sais même pas comment il fait pour encaisser tout ce décalage horaire. Je suppose que son cerveau est découpé en fuseaux. Il est non seulement plus actif que la plupart de mes connaissances, mais il est surtout plus connecté que la majorité des moins de 30 ans. Vous connaissez sans doute son blog, Transnets, peut-être ses livres sur la révolution Internet. Le prochain sort bientôt. Quand j'amène Francis devant des étudiants de 24 ans pour qu'il leur montre ce qu'ils peuvent faire avec Internet, je vois l'assistance ouvrir de grands yeux ronds. Lever enfin la tête de sa boîte Gmail. Et prendre fébrilement des notes. Je ne fais pas cet effet. A 68 ans, Francis, est la personne qui m'a le plus appris sur le potentiel du réseau sur nos pratiques. Je suppose que son cerveau est construit comme un "@". Qu'il doit descendre d'une autre planète où Internet en est déjà arrivé à un point dévolution tel que plus personne ne s'interroge dessus, pas plus qu'on ne le fait aujourd'hui sur l'eau ou l'électricité. Et puis il y a Isabelle, bien sûr. Alors faut-il virer les vieux et les remplacer par des digital natives ? Non. Il faut un choc des cultures, oui. Des sensibilités différentes, des regards croisés, des super jeunes, des supers vieux. Il faut des esprits souples et ouverts. Il y en a dont le cerveau se fige à 25 ans. J'en connais. Ils sont toujours intelligents, mais ils cessent d'évoluer. Et il y en a qui ne cessent de rajeunir tandis que le monde change. La révolution digitale se construit avec ce mélange de générations qui affute sa structure : il nous faut des vieux Steve Jobs, des jeunes Zuckerberg. Des Pisani. Il nous faut ce recul qu'ont les plus vieux parce qu'Internet nous pousse à réinventer de vieilles recettes.  Et il nous faut des jeunes fous qui cassent les codes, face à des vieux parfois plus audacieux. Parce que l'audace n'a pas d'âge. Et que l'imagination se cultive comme une source qu'on ne veut pas voir tarir. Parce que la vraie mort c'est la mort de l'esprit libre. Bref. Tout ça pour dire que j'ai adoré le billet d'Isabelle, que je cherche toujours un mobile native pour m'aider sur mon blog. Et que si vous voulez faire un don à la Social Newsroom pour monter ce projet de page collaborative sur les chiffres clefs, c'est par ici.
Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

Benoît Raphaël

Benoît Raphaël est expert en innovation digitale et média, blogueur et entrepreneur. Il est à l'origine de nombreux médias à succès sur Internet : Le Post.fr (groupe Le Monde), Le Plus de l'Obs, Le Lab d'Europe 1. Benoît est également co-fondateur de Trendsboard et d'Imprudence.
Voir le profil de Benoît Raphaël sur le portail Overblog

Commenter cet article