Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Test iPad 2 : qu'est-ce que ça change ?

C'est peut-être devenu une tradition. Je passe plusieurs fois par an à New York, mais j'essaie autant que possible de faire coincider ces voyages avec  un événement. Ce week-end, c'était la sortie de l'iPad 2. J'y ai bu entre autres quelques verres avec l'ami Gonzague Dambricourt, Clarence Ceniza, mais aussi Jean-Noël Penichon, directeur digital Europe chez MacDo, Geoffrey La Rocca, le responsable des activités numériques de RMC (sur la photo, ci-dessous, prise avec l'iPad 2), Emmanuel Duteil du Grand Journal de NY - BFM BusinessMedhi Arfaoui, toujours étudiant et déjà entrepreneur, ou encore mes amis et associés chez Revsquare, Jeff Mignon et Sophie Reinauld, qui lancent aux Etats-Unis deux médias innovants : Kiddoki et OpenTopics... J'ai également découvert ce superbe nouvel hôtel : le Gansevoort-Park Avenue, avec sa piscine incroyable sur le toit (merci @Gansevoortpark). Bref, week-end riche en échanges et émotions, durant lequel j'ai eu assez peu de temps pour jouer avec le nouvel iPad 2. Je possédais déjà le premier. Le second n'apporte pas de révolution notable. Il est plus fin, plus beau. Le blanc est magnifique. Et... que dire... il est plus rapide également. Il a une belle protection magnétique qui allume l'écran quand vous la retirez. Et il dispose de deux caméras qui vous permettront de chatter en vidéo avec vos amis (ou autres, je me doute que l'on va voir fleurir des tas d'applications de rencontres basées sur la vidéo...). Pour les journalistes, c'est un outil intéressant pour faire des interviews vidéo en différé (on peut monter ses vidéos avec iMovie directement sur l'iPad) ou en live. Il suffit de poser l'appareil sur la table. Attention à la qualité cependant ! L'appareil photo est décevant. 5 méga-pixels comme l'iPhone 4, mais avec une qualité beaucoup plus faible, avec une forte tendance à pixelliser. N'espérez pas prendre vos photos de vacances avec. Par contre, c'est assez amusant de prendre des photos avec un grand écran... On peut faire des trucs rigolos comme ça : Bon... Bref, un nouveau modèle encore perfectible, qui ne vaut peut-être pas de remettre 600€ au panier, mais qui devrait permettre à Apple de maintenir sa domination du marché (+ de 90% aujourd'hui). La concurrence Android, pour l'instant, ne tient pas vraiment la route, et ne propose pas d'alternative low-cost (à part quelques ovnis dont vous ne voudriez même pas comme repose plat). Mais ça viendra sans doute. Il y a de la place pour un marché milieu de gamme, à côté de l'iPad. En attendant, il se serait vendu entre 500.000 et un million de tablettes ce week-end. Et, dimanche, tous les Apple Store étaient "sold out" (en pénurie). La stratégie de la pénurie est archi-connue, elle pousse à créer l'événement en faisant se ruer les early-adopters dans les files d'attente : 3 heures de queue vendredi soir, trois à quatre fois plus que l'an passé, avec des clients prêts à acheter n'importe quel modèle restant (alors que le lendemain, nous n'avons eu que 5mn d'attente, et le modèle de notre choix), et d'autres prêts à tout, comme ce développeur d'applications qui a acheté sa première place dans la file pour 900$! Il n'empêche : Apple avait vendu 3 millions d'iPad 1 durant les 80 premiers jours. Un record (l'iPhone 1 s'était vendu à 1 million d'exemplaires). Il devrait vendre beaucoup plus d'iPad 2. Et, selon les premières estimations, 70% des acheteurs sont de nouveaux utilisateurs. Ce qui continue de m'étonner, c'est la place qu'a prise ce nouveau gadget dans notre quotidien. L'iPad n'a pas vraiment d'équivalent dans l'histoire de la high-tech. Il a été adopté massivement (15 millions en moins d'un an) mais ne remplace aucun autre matériel électronique. Ce n'est pas un PC ultra-portable (le Mac Book Air répond à ce besoin), ni un gros téléphone (la plupart des modèles sont uniquement wi-fi), il n'a aucun rapport avec les anciennes tablettes (qui se rapprochaient plus d'un ordinateur). L'iPad 2 répond vaguement à un besoin de mobilité et de consultation de contenus interactifs : essentiellement des jeux, des infos, du texte, des photos ou vidéos (professionnelles ou personnelles), consultation de Twitter, Facebook ou de ses mails. C'est aussi un outil professionnel, qui peut être utilisé pour faire des démonstrations à ses clients, ou pour offrir des contenus multimédias aux passagers d'un avion ou d'un hotel... Personnellement, je l'utilise pour consulter mes mails de temps à autre, plutôt chez moi qu'à l'extérieur, pour lire des livres et quelques magazines (mais surtout parce que ça me permet d'acheter des publications américaines moins chères et sans avoir à me déplacer chez WH Smith, rue de Rivoli...), jouer à des jeux (Infinity Blade, optimisé pour l'iPad 2, est une tuerie), pour regarder des vidéos (BFM TV, YouTube, Vivo...), pour montrer des documents à des clients, ou pour prendre des notes pendant les réunions. Je ne vais pas sur les applications d'infos, parce que j'ai besoin d'avoir accès à plusieurs traitements et points de vue (ce à quoi le web m'a habitué). Je préfère consulter les agrégateurs d'infos (comme Flipboard ), mais qui me laissent encore sur ma faim...  On n'a pas encore trouvé de solution miracle pour la lecture d'infos sur iPad, d'ailleurs. Je pense qu'un site web en HTML5, accessible via le navigateur web, est une des pistes les plus sérieuses, mais il est encore un peu tôt pour tirer des conclusions hâtives. De toute façon, l'iPad 2 le confirme (je n'y ai jamais cru) : la tablette n'est certainement pas le sauveur de la presse, même si les médias doivent absolument investir ce nouveau temps de consommation média créé (ou volé ?) par l'iPad. Par contre, c'est une opportunité extraordinaire pour les développeurs de jeux : l'iPad 2 est une console de jeux plus puissante que la prochaine Playstation portable de Sony qui sort à la fin de l'année. (Photos prises avec mon iPad 2, sauf photo de la queue  et de l'iPad 2: crédits PED et Apple )
Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

Benoît Raphaël

Benoît Raphaël est expert en innovation digitale et média, blogueur et entrepreneur. Il est à l'origine de nombreux médias à succès sur Internet : Le Post.fr (groupe Le Monde), Le Plus de l'Obs, Le Lab d'Europe 1. Benoît est également co-fondateur de Trendsboard et d'Imprudence.
Voir le profil de Benoît Raphaël sur le portail Overblog

Commenter cet article