la vie, les internets... et trendsboard

@benoitraphael

la vie, les internets... et trendsboard

JOURNALISME. Trois mauvaises habitudes à laisser tomber

com
Ce n'est pas moi qui le dit, mais John Paton. L'an passé, j'avais déjà relayé ses 10 tweets pour transformer les journaux. John Paton est le patron du Journal Register Group (170 journaux et magazines), un sénior de la presse écrite, et un visionnaire radical. Il fait d'abord quatre constats : La presse écrite papier a perdu 60% de ses revenus publicitaires depuis 2005 et "tellement d'emplois que nous ne pouvons plus les compter". Nous venons d'entrer dans une nouvelle ère où ce que nous faisions traditionnellement sur le papier a trouvé sa valeur et cette valeur est égale à zéro. Placer des paywall peuvent permettre de faire un peu de revenus, mais ça ne suffit pas. L'industrie de la presse papier "ressemble à ces vieilles dames ingénues qui pensent toujours qu'elles peuvent jouer Juliette, mais à qui personne n'a le courage de dire qu'elle ne peuvent plus le faire". Paton appelle donc à une révolution radicale. Trois "lacher-prise" pour cesser de glisser : 1) Les médias ne sont plus les "gardiens de l'info" 2)  Ils ne fixent plus l'agenda, ne décident plus de ce qui est une info ou non 3) Ils ne peuvent plus laisser le monde à l'extérieur du média et ne laisser entrer que les élus, ceux qu'ils ont choisi Paton appelle à une violente remise en cause pour tirer le meilleur parti du monde digital et de la participation des utilisateurs à la valeur de l'info. Sa valeur d'usage et sa valeur sociale. Il a par exemple créé le "Idea Lab", à travers lequel il paie ses employés 10h par semaine pour expérimenter et innover. Son analyse est violente et soulève déjà de nombreuses critiques. Il va peut-être trop loin : il y a de la valeur dans la production journalistique actuelle, mais elle doit s'adapter et s'ouvrir, à travers les médias sociaux, à ce qui fait la valeur d'une info aujourd'hui. Cependant, son discours a le mérite de mettre les médias traditionnels au pied du mur : bougez, bougez vite ou mourrez. Les revenus du groupe Register ont progressé 3 fois plus vite que ceux de l'industrie des médias aux USA.
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog