la vie, les internets... et trendsboard

@benoitraphael

la vie, les internets... et trendsboard

Facebook et Twitter : l'étrange décision du CSA

com

Dans une décision publiée vendredi 27 sur son site Internet (sic), le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel interdit aux chaînes de télévision de citer leurs pages Facebook ou Twitter. La décision fait appel à une logique que le roi Ubu n'aurait pas récusée. Lisez plutôt :

"Le Conseil a été saisi par une chaîne de télévision de la conformité à la réglementation en matière de publicité des renvois aux pages consacrées à ses émissions sur des sites de réseaux sociaux. Il considère que le renvoi des téléspectateurs ou des auditeurs à la page de l’émission sur les réseaux sociaux sans les citer présente un caractère informatif, alors que le renvoi vers ces pages en nommant les réseaux sociaux concernés revêt un caractère publicitaire qui contrevient aux dispositions de l’article 9 du décret du 27 mars 1992 prohibant la publicité clandestine."

Si l'on essaie de suivre la réflexion des sages du CSA, indiquer aux téléspectateurs qu'ils pourront retrouver "plus d'informations sur notre page sur les réseaux sociaux" est donc plus "informatif" que de leur dire "plus d'informations sur notre fil Twitter ou notre page Facebook" ! Soit le CSA ne sait pas ce qu'est une page Facebook, ni quelle est sa fonction : aller chercher les téléspectateurs là où ils sont pour leur délivrer de l'information, soit il fait preuve d'une étonnante mauvaise foi.

Le CSA n'a sans doute pas suivi l'affaire DSK, durant laquelle il était impossible de ne pas citer les comptes Twitter des médias, seuls outils capables de relayer en temps réel les audiences de l'ancien directeur du FMI. Surtout, le CSA n'a pas compris que, avant d'être des marques, Twitter et Facebook, sont des espaces publics où plus de 25% de la population française discutent et échangent des informations. Que l'on dit de Facebook, véritable écosystème social,qu'il se substitue à Internet. Que quand Nicolas Sarkozy reçoit Mark Zuckerberg en marge de l'eG8, il le reçoit presque comme un chef d'Etat : une communauté de 600 millions d'internautes, plus grande que la population des Etats-Unis d'Amérique.

Bref, que le monde a changé.

Facebook est une place publique, un espace de marché, Twitter l'un des principaux canaux d'information du moment, le plus rapide en tout cas, où l'annonce de la mort de Ben Laden a été publiée avant les médias officiels, et que les hommes politiques préfèrent désormais au traditionnel communiqué de presse. On peut s'en inquiéter. Mais difficilement l'ignorer.

Petit jeu : comment renvoyer les téléspectateurs sur votre fil Twitter ou Facebook sans citer le nom de la plateforme ?

Ludique : "Retrouvez la couverture en temps réel du procès via notre fil sur la plateforme qui permet de diffuser des messages de 140 signes".

Confus : "Vous pouvez envoyer vos témoignages sur notre page de réseau social où vous avez habituellement des "amis". Attention,  ne pas confondre avec l'autre où il n'y a pas d'amis mais des followers".

Blasé : "Retrouvez nous où vous savez..." Contorsionniste : la solution proposée @NalPle  sur Twitter : "Il suffira que les medias citent la page communautaire de leur site web qui elle même renvoie vers FB & twitter".

Bref... On notera que le CSA fait référence à un décret de 1992... publié deux ans avant l'arrivée d'Internet en France pour le grand public. En attendant, vous pouvez toujours aller "liker" la page de fans du CSA sur biiiiiip . (Lire également sur Slate.fr, l'article de Vincent Glad : Facebook, Twitter : le poke de rappel du CSA)

Repost

Commenter cet article

XXX 27/06/2012

Enfin faut pas exagerer non plus,
facebook et twitter sont des marques, et sont des sites relativement fermés, en particulier pour le premier, je m'explique,
Pour retrouver le témoignage du programme de TF6 sur facebook, il faut que j'aille sur facebook, or si je ne suis pas inscrit sur facebook comme la majorité des gens, il faut que je m'y inscrive, il y a donc pub déguisée

La chaine pourrait aussi simplement utiliser son site web, les gens avant d'êre sur facebook, ils sont aussi sur le web.

J'ajoute aussi une grosse différence entre le téléphone le web, et facebook,

Si je suis sur DIASPORA* et twitter je ne peux pas lire facebook,
Si je suis client internet chez orange je peux lire les pages perso.free.fr
Si mon téléphone est chez Bouygue je peux appeler les clients oranges
Par contre si j'ai google talk, c'est standard je peux parler à ceux qui ont leurs messageries instantanées chez im.apinc.org mais pas chez ceux qui utilisent msn

Le cas twitter est un peu différent vu qu'il est possible de se rendre sur la page twitter de quelqu'un sans y être inscrit.

J'ajoute cependant que pour communiquer en 140 signe il n'y a pas que twitter, il y aussi par exemple identi.ca et rien n'empeche notre chaine de TV de déployer son propre serveur de micro-bloging

Donc pour une fois je vais défendre le CSA, qui lui à compris ce qu'était twitter et facebook, à savoir des serveurs minitels 2.0 

jooj 27/06/2012

+1 avec xxx.
Facebook n'est PAS un espace public, c'est un produit, une marque.
Merci d'arrêter de confondre Internet et ce que Facebook voudrait en faire.

japi 27/06/2012

+1
Le décret s'applique aux chaînes TV, pas à Internet. Peu importe en l'occurence qu'il date de 1992 (il a d'ailleurs été révisé plusieurs fois depuis). Il faudrait s'abstenir de l'appliquer dès lors que la marque concernée appartiendrait au secteur du Net et serait top cool/trop tendance ?
Bref le régulateur a fait son travail (ce qui n'est pas toujours le cas).

En revanche je n'en dirais pas autant de l'auteur de cet article. Mais il ne faut sans doute pas s'en étonner au vu de la conception sensationnaliste de l'information qui transparaît dans ce (superbe)argument :
"Le CSA n’a sans doute pas suivi l’affaire DSK, durant laquelle il était impossible de ne pas citer les comptes Twitter des médias, seuls outils capables de relayer en temps réel les audiences de l’ancien directeur du FMI."
Là, les bras m'en tombent

Frankreichs Unaussprechliche: Facebook und Twitter 27/06/2012

[...] Libyen einreiht! Und Benoît Raphaël, ehemaliger Chef der partizipativen News-Webseite lepost.fr, wirft dem CSA entweder Unwissenheit oder schlicht Böswilligkeit gegenüber den Medien vor, die auf die zwei Netzwerke praktisch angewiesen seien. „Ein Viertel der Franzosen diskutieren [...]

[unhuman]geek » Facebook et Twitter peuvent-ils tuer le blogging ? 27/06/2012

[...] A l’heure d’une hégémonie totale des réseaux sociaux, tant au niveau des valorisations boursières, des stratégies de communication, des stratégies de ventes également, la question est à mon avis légitime. On a eu la même crainte pour les moteurs de recherche aussi récemment. C’est un sujet important. [...]

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog